Les groupes Vodafone, Orange et KPN

27/10/2003 - Vincent Huberty - 16475 views

Qu'on en commun les sociétés Vodafone, Orange et KPN ? Elles sont toutes trois présentes en Belgique. Non sous leur marque phare, mais soit par des participations minoritaires, soit sous des noms locaux. Nous vous présentons les parents de Proximus, Mobistar et Base.

Vodafone est un groupe qui est né au Royaume-Uni au début de la décénie « 90 ». Dans son pays d’origine, le marché de la téléphonie mobile comporte 4 opérateurs principaux et une multitude d’opérateurs virtuels.

On peut dire que Vodafone est sans conteste le plus important opérateur de téléphonie mobile au monde. En effet, il est présent dans plus de 35 pays : 26 fois en tant que marque propre Vodafone et pour le reste via des participations à des opérateurs locaux. Le nombre total de clients à la fin juin 2003 est de 122 millions ! Néamoins le groupe est surtout présent en Europe (dans 27 pays). Il est d’ailleurs rare que celui ci ne soit représenté dans un pays du vieux continent.

Un « trophée » européen échappe toutefois encore à l’ogre : La France. Avec son marché de 60 millions de consommateurs potentiels, la France semble faire de la résistance. Vodafone n’est, en effet, pas présent dans ce 5ième grand marché de manière majoritaire. (Grands marchés : Royaume-Uni, Alllemagne, Espagne, France, Italie). Mais il détient tout de même 43,9% du second opérateur français : SFR. Vivendi Universal (VU) étant majoritaire par l’intermédiaire de sa filiale Cegetel. Connaissant les difficultés de VU, Vodafone n’a pas caché son intention d’en prendre le contrôle et ainsi substituer le nom SFR par Vodafone.

Qu’en est-il de la présence de Vodafone en Belgique ?

Vodafone est présent dans le capital de Proximus à hauteur de 25%. Le reste étant dans les mains de Belgacom. Pour l’instant, la situation semble figée car Proximus est un bon élève de l’opérateur historique belge. Et surtout contribue fortement aux bénéfices de l’ensemble. Il semble donc que pour le court-terme Vodafone doive encore attendre dans notre plat pays. Proximus détient 53,8 % du marché belge. L’avenir nous appartera la réponse de savoir si la marque Proximus disparaitra au profit de Vodafone.

La véritable force de Vodafone n’est pas seulement dû aux nombres conséquents de clients, mais l’est tout autant par sa présence dans de nombreux pays. Donnant, ainsi à sa clientèle une couverture Pan-européenne et même mondiale. De plus, Vodafone innove dans de nouveaux services technologiques : c’est sur le réseau de Vodafone UK que le premier sms de l’histoire fut envoyé depuis un ordinateur en 1992. Actuellement, Vodafone semble avoir trouvé sa nouvelle « Killer application » : Vodafone Live : un bouquet de services & de jeux sur un Wap en couleur par GPRS (Jeux d’arcade, Vodafone mail, Vodafone messager, ...). Fin mai de cette année, Vodafone a déjà vendu plus de 1 million et demi de ces combinés LIVE ! Et ce, après avoir seulement lancé le service dans 13 pays.

Comme son concurrent Vodafone, Orange est parti de la Grande-Bretagne. Il est seulement en 4ième place dans l’apparition des services de GSM dans ce pays. Néanmoins Orange par l’introduction de forfait et d’une tarification part facilement à la conquête de sa clientèle.

1996 est une année importante pour Orange, la jeune société est introduite en bourse tant à Londres que sur le marché des valeurs technologiques américaines : le Nasdaq. Ce qui aura des répercusions par la suite au point de vue de changement d’actionnaire majoritaire.

L’année 1999 est aussi une année charnière pour le groupe. D’abord, il s’en va conquérir des clients à l’international : Autriche, Suisse et ... Belgique. Dans notre pays, le groupe crée une joint-venture à 50%-50% avec l’opérateur Néerlandais KPN. Le groupe s’appelle KPN-Orange. Mais la marque commerciale retenue est Orange car elle est plus porteuse et plus facilement prononçable par les différentes communautés linguistiques de notre pays. Ensuite, le groupe allemand Mannesmann rachète Orange.

Peu de temps après, c’est au tour de Vodafone de racheter Mannesmann. L’opération ne fut permise par la commission européenne qu’à condition que Vodafone revende Orange. C’est à ce moment là que France Télécom profita de l’occasion pour mettre la main sur un réseau qui était bien plus large que celui qu’il avait constitué seul. (Ce rachat posa d’ailleurs un problème particulier en Belgique. Mais nous y reviendrons dans notre section consacrée à KPN, plus bas).

Tout comme son concurrent Britannique, Orange est surtout présent en Europe, mais possède quelques filiales en Asie & en Afrique (Australie, Botswana, Cameroun, Caraïbe, Danemark, France, HongKong, Inde (Ville de Bombay), Israël, Madagascar, Pays-Bas, République dominicaine, L’île de la Réunion, Royaume-Uni, Suisse, Slovaquie, Roumanie, Thaïlande et Côte d’Ivoire). Le groupe détient aussi des participations en Belgique (Mobistar), Egypte (Mobinil) et au Portugal (Optimus). Au niveau mondial, à la fin de l’année 2002, Orange regroupait un portefeuille de 44,4 millions de clients.

Les 2 plus grands marchés d’Orange sont son pays de naissance et son pays d’adoption c’est-à-dire la Grande-Bretagne et la France. Au-delà de la Manche, il représente 27,2% de la part globale. Le nombre de ses clients est de l’ordre de 13,3 millions (Fin 2002). L’autre marché fut constitué lors du passage de la marque Itinéris de son nouvel actionnaire français à l’utilisation de la marque Orange dans le pays de Voltaire. Sa part de marché frôle les 50% et totalise pratiquement 20 millions d’utilisateurs. La part totale de ces 2 marchés principaux représente pratiquement 70 % de la masse totale de clients.

Orange en Belgique ?

Il semble que les dirigeants belges ne seraient pas prêts à faire passer la marque locale vers la marque fédératrice Orange. La 1ère date évoquée ne serait pas avant 2005. En Belgique, le groupe Français détient 50,79% du capital de Mobistar et ce dernier possède 30,4% du marché (Fin 2002). Mobistar a aussi une partie de son capital flottant et celui-ci est coté sur Euronext Bruxelles. Il semble que pour Mobistar le Sms reste une valeur sûre, mais que le Mms est une nouvelle source de revenu. L’accord d’inter-opérabilité avec Proximus en atteste.

Les points forts d’Orange sont :

D’une part, une présence quasi européenne. Mais il est important de souligner que d’avoir laissé son siège social à Londres lui donne une certaine indépendance vis-à-vis de son actionnaire principal et lui permet de conserver son dynamisme technologique. D’autre part, la marque et l’image de celle-ci. Le nom est fort car il est facilement prononçable dans la plupart des langues et souvent s’écrit comme le nom de la couleur. Pour l’instant, il semble qu’une des préoccupations importantes du groupe soit que les entreprises utilisent un certain nombre d’applications mobiles par l’intermédiaire des réseaux GPRS. Nous attendons la sortie du SPV en Belgique avec impatience, cet appareil tourne sous Microsoft SmartPhone.

KPN Mobile est bien moins important que les 2 autres groupes présentés ci-dessus. Celui-ci est à la différence des 2 autres à la base un opérateur de téléphonie fixe. Il s’occupe aussi d’Adsl, de téléphonie pour entreprise, ... KPN n’est présent que dans 3 pays en ce qui concerne la téléphonie mobile : aux Pays-Bas, sous la dénomination KPN Mobile, en Allemagne avec E-Plus et en Belgique avec le réseau Base. Le total des clients - à la fin juin 2003 - est de 13,8 millions pour l’ensemble de ses activités mobiles. Le marché le plus important est l’Allemagne. Il représente plus de 50% des clients (Plus de 7 millions d’utilisateurs). Le second est son marché domestique avec pratiquement 5 millions de consommateurs. Le solde dû étant en Belgique.

En Belgique, KPN est présent dans le 3ième opérateur depuis le lancement de celui-ci en mars 1999. A l’époque, il s’agissait d’une joint-venture (50%-50%) entre le groupe britannique Orange et KPN. Le nom commercial retenu fut « Orange ». Suite au rachat d’Orange par France Télécom, celui-ci fut obligé de choisir entre garder des participations dans Mobistar ou conserver le réseau Orange. On sait que France Télécom a choisit la 1ère alternative. Un accord fut trouvé avec KPN qui racheta les parts (50%) et devint ainsi le nouveau et seul proprétaire de Orange Belgique. KPN eu droit de garder la dénomination commerciale Orange pendant une période transitoire. De son côté, France Télécom laissa et laisse toujours une période tampon avant de renommer Mobistar en Orange Belgique. KPN du donc chercher un nouveau nom pour son réseau. Au début, il fut évoqué l’idée que le changement de nom serait attribué en Belgique mais aussi dans les 2 autres pays. Mais il n’en fut rien. Et seul le nom Base apparut pour les activités belges. Dans notre plat pays, Base est le 3ième opérateur en terme d’arrivée sur le marché mais aussi en terme de parts de marché. Le nombre de clients Base est de 1,131 million. C’est-à-dire un peu moins de 15% de parts de marché. Base va se lancer bientôt à son tour dans le MMS.

Le point fort de KPN est d’avoir importé en Europe la technologie I-Mode qui a fait et qui fait toujours fureur au Japon. Il la distribue d’ailleurs sur ses 3 marchés. L’offre I-Mode permet d’avoir accès à une multitude de services - gratuits ou payants - sur un écran couleur. L’offre de services passe par l’email, l’envoie de photos, des services bancaires, ou simplement la consultation de site I-Mode. Les débuts en Europe furent laborieux, mais maintenant KPN à réussi à convaincre 353.000 clients du bienfait de l’I-mode. Il espère en avoir 1 million pour la fin de l’année 2003. Pour arriver à ce résultat KPN tente de créer de plus en plus de services I-Mode qui pourraient attirer de nouveaux clients.




Conclusion
Dans cet article, j’ai tenté de vous présenter les divers opérateurs internationaux qui opèrent et qui sont présent dans nos réseaux belges. Vodafone possède une participation minoritaire dans Proximus, France Télécom possède quant à lui un peu plus de 50% dans Mobistar et KPN est l’unique actionnaire dans Base. Les 3 réseaux mobiles belges semblent avoir réussi à atteindre le seuil de saturation du marché. Toute la différence dans le gain de parts de marché ne se fera que par une diversification des services.

Comparez et activez vos abonnements avec Astel

Logo Astel

Nous comparons les packs Internet, TV, téléphone et GSM qui collent à vos besoins, et nous occupons de votre changement d'opérateur.

Vous recevez le cashback Astel en plus de la promotion de l'opérateur.

Astel pour les particuliers :

Astel pour les indépendants :