0
Vous n'avez pas encore choisi votre nouvel opérateur

TOTAL :
Cashback total -0 €
Commander
Trouvez votre nouvel opérateur

Belgacom fait le point sur Belgacom TV

28/06/2007 - Team Astel - vu 951 fois

Deux ans après le lancement de Belgacom TV, Belgacom tire le bilan de ces deux premières années et annonce un accord avec Warner pour proposer de nouveaux films à la demande

C e sont les vrais débuts de la vidéothèque virtuelle ! Cette fois, la vidéo à la demande va réellement devenir un nouveau terrain de distribution du cinéma en Europe. » A l’occasion d’une rencontre avec la presse, à Madrid, le président de Belgacom TV, Jean-Charles De Keyser, a dévoilé un accord conclu avec les studios Warner pour une première européenne, qui ouvre la porte à la diffusion de « block-busters » en vidéo à la demande au moment même où ils deviennent disponibles chez les loueurs de DVD. « Les studios vont être très attentifs à cette expérimentation européenne. En cas de succès, d’autres devraient signer le même type d’accord avec nous », ajoute-t-on chez Belgacom TV, qui fait notamment état de discussions avec les studios Disney. Le premier film disponible sur Belgacom TV en même temps qu’en vidéothèque sera 300, de Zack Snyder, qui sortira en août. Ensuite, ce sera le tour d’Harry Potter et l’Ordre du Phénix, en novembre. Dans un premier temps, côté francophone, ces films seront uniquement disponibles en version doublée. C’est un accord très stratégique qui change les règles de la chronologie des médias et est considéré comme « historique » par Belgacom TV. « Je ne suis pas le tueur des vidéothèques, s’est défendu Jean-Charles De Keyser. Mais elles devront se trouver de nouvelles spécificités. » Pour Bernard Rapaille, directeur de la production chez Belgacom TV, « l’avenir passera par un accès direct au catalogue de Disney, de Warner ou de Paramount à travers la plate-forme sécurisée de Belgacom TV ». La consommation de vidéo à la demande est en constante augmentation : 35 % des clients de Belgacom TV l’utiliseraient déjà. « En moyenne, les gens regardent trois VOD par mois. Mais s’ils ont choisi une formule d’abonnement, la consommation peut grimper à douze vidéos », précise Jean-Charles De Keyser. Grâce notamment aux JT que l’on peut regarder en différé.

Le foot reste le différenciateur

A lors que le contrat de trois ans conclu entre Belgacom et la Ligue Pro prendra fin au terme de la saison prochaine, les palabres pour la renégociation du contrat ont déjà démarré avec tous les opérateurs concernés. Et Belgacom prévient déjà : s’il n’exclut pas de payer autant que pour l’actuel contrat (36 millions d’euros par saison), il faudra en revanche lui en donner beaucoup plus pour son argent. « On a trop payé pour ce qu’on a reçu, martèle Jean-Charles De Keyser. Les clubs auraient pu mettre plus d’argent pour assurer la qualité du spectacle. Ils ont besoin de meilleurs joueurs. » Ce n’est pas le seul constat qui chagrine le patron de Belgacom TV. « Il y a un déséquilibre évident entre la valorisation des résumés qui passent en clair sur les télés généralistes et celle des matchs que nous montrons sur la télé payante. Ces résumés arrivent souvent beaucoup trop tôt sur certaines chaînes, qui diffusent déjà les moments forts des premières mi-temps alors que le match n’est pas terminé. Or, poursuit Jean-Charles De Keyser, comme le spectacle n’est pas suffisamment bon, ces résumés suffisent à de très nombreux téléspectateurs. Cela devra changer et ce sera la clé de la prochaine négociation. » Mais cette volonté de changer les règles du jeu ne signifie pas que Belgacom pourrait se désintéresser du foot à l’avenir. « Trente pour cent de nos clients paient pour le foot. C’est pour cela que l’on fera tout pour ne pas le perdre. Il n’y a aujourd’hui aucun scénario chez Belgacom pour poursuivre notre activité audiovisuelle sans le foot. » Dès la saison prochaine, Belgacom va lancer un nouveau produit, Multi Live, qui a déjà été testé lors des deux dernières rencontres du championnat. Il s’agit d’une émission qui zappera d’un match à l’autre pour en montrer les buts ou les moments forts en direct ou en léger différé.

« Les tarifs de la télé ne vont pas diminuer »

L a télé en haute définition est un must pour les prochaines années, estime Jean-Charles De Keyser. C’est devenu la priorité numéro 1 de Belgacom. Tous nos services sont mobilisés pour que nous soyons prêts lors des Jeux olympiques de 2008. Les décodeurs dont disposent nos clients sont déjà adaptés pour la haute définition. » Pour Belgacom, le problème se jouera avant tout avec la disponibilité de la bande passante. D’où l’ambition de l’opérateur de déployer à marche forcée des technologies comme l’ADSL2+ et le VDSL2, plus adaptées que l’ADSL classique à ces besoins en capacité. Pour Jean-Charles De Keyser, cette télé en haute définition sera le grand différenciateur par rapport à la vidéo à la demande qui arrive sur l’internet avec des services tels que Joost, la télévision en peer-to-peer (voir Le Soir du 22 mars). L’opérateur s’est également félicité d’avoir l’une des plus fortes pénétrations en Europe pour la télé utilisant les protocoles de l’internet (IPTV), avec 5,3 %. Seule la France fait mieux avec 7,8 %. Fin mars, Belgacom totalisait 149.500 clients ; 15 % des abonnés ADSL de Belgacom paient également pour recevoir sa télévision. Et 50 % des nouveaux clients pour la télé n’avaient pas encore de ligne ADSL. « La télé joue pour nos lignes à haut débit le même rôle qu’un portail pour le web : générer du trafic, note Jean-Charles De Keyser. Tout ce qui génère des connexions à l’ADSL est bon pour le groupe Belgacom. » Interrogé sur l’évolution des coûts pour le consommateur, il a affirmé que les tarifs de la télé ne vont pas chuter. « Je suis convaincu que le montant déboursé par le consommateur pour regarder la télé dans les dix prochaines années ne fera qu’augmenter, lance Jean-Charles De Keyser. Tout simplement parce que nous allons ajouter sans cesse de nouveaux services qui vont lui plaire. La part du budget consacrée à la télévision sera de plus en plus grande au fur et à mesure que ces services se diversifieront. »

Les prix des abonnements Tv les moins chers :








Comparez et activez vos abonnements avec Astel

Logo Astel

Nous comparons les packs Internet, TV, téléphone et GSM qui collent à vos besoins, et nous occupons de votre changement d'opérateur.

Vous recevez le cashback Astel en plus de la promotion de l'opérateur.

Astel pour les particuliers :

Astel pour les indépendants :