0
Vous n'avez pas encore choisi votre nouvel opérateur

TOTAL :
Cashback total -0 €
Commander
Trouvez votre nouvel opérateur

Siemens S65 Test Review

16/10/2005 - Nicolas Destatte - vu 15533 fois

Faut-il encore acheter un S65, un an après sa sortie ? Test complet d'un élégant appareil qui mériterait d'être mieux connu...

Test du Siemens S65

Notes préliminaires :
-  Les captures d’écran présentes sur ce test le sont dans un but illustratif et ne sont pas représentatives de la qualité de cet écran.
-  Les icônes du menu principal de l’appareil testé ne sont pas celles d’origine. Vous trouverez divers packs d’icônes sur le net.

Introduction

(JPEG)

Fleuron de la génération 65 de Siemens, élégant téléphone officiellement présenté comme l’appareil "business" de la gamme, le S65 a fait jusque aujourd’hui une carrière bien discrète, surtout comparé au fameux Sony-Ericsson K700i, un concurrent sorti en même temps que lui. Le S65 est-il pour autant un mauvais téléphone ? Bien au contraire ! Digne successeur des S45 et S55, il se présente comme un téléphone sérieux, très "pro", plutôt que comme un appareil multimedia/high-tech à la manière du K700i. Question de choix de clientèle, d’orientation produit... Pour peu que vous ne vous attendiez pas à un K700 à la sauce Siemens, vous ne serez pas déçu avec le S65. Présentations.

(JPEG)

Fiche technique

Dimensions

109x48x18 mm

Volume

85 cm²

Poids

98 g

Autonomie en veille

250 h

Autonomie en conversation

6 h

Réseaux

GSM 900/1800/1900

Écran

132x176 pixels TFT

Nombre de couleurs affichables

65.000

Mémoire interne

environ 11 Mo

Mémoire externe

rs-MMC de 32 Mo fournie

Thèmes

Oui

Client courriel

Oui (SMTP, POP3 et IMAP4)

Radio

Non

Lecteur MP3

Non

Enregistrement video

Oui (MPEG4 176x144)

Appareil photo

Oui (intégré, résolution max 1280x960, zoom numérique 4x)

Coques interchangeables

Non

Emballage

(JPEG)

Petite déception à l’ouverture de la minuscule boîte en carton du S65 : contrairement à ses prédécesseurs S45 et S55, le S65 ne propose aucun câble de raccord au PC, et encore moins une oreillette, ce qui semble pourtant indispensable dans cette catégorie. Les seuls accessoires fournis en plus du téléphone et de son chargeur sont un CD contenant le logiciel de communication avec le PC et une carte mémoire rs-MMC Sandisk de 32 Mo pourvue d’un adaptateur MMC et de son étui. Le S65 est en effet pourvu d’un lecteur de cartes, accessible sans avoir à enlever la batterie. C’est sympa pour stocker les photos réalisées avec l’appareil photo de 1,3 mégapixels, mais pourquoi ne pas en avoir profiter pour inclure un lecteur MP3. Certains diront que c’est un choix de Siemens, qui n’a pas considéré que le lecteur MP3 correspondait à l’image "business" du S65. Mesquin.

Aspects et finitions

(JPEG)

La première prise en main du S65 impressionne toujours. Tout d’abord, parce qu’avec onze centimètres de longueur il est beaucoup plus grand que le S55 (qui, c’est vrai, était particulièrement petit) mais aussi et surtout par son aspect réellement haut de gamme. Le S65 est un appareil élégant, au design soigné et original. Vraiment un bel objet, qu’il vous sera agréable d’observer et de tenir en main.

(JPEG)

Bonne nouvelle, la qualité est au rendez-vous, avec la présence de beaux matériaux tels que du métal mate (on est loin du tout plastique à la Nokia 6230) contrastant avec un beau plastique noir brillant agréable au toucher. Les touches, elles, sont dans une matière translucide à fond noir du plus bel effet lorsque le clavier est allumé. Les assemblages sont très satisfaisants, et il n’y a pas de jeu superflu en ce qui concerne les touches du clavier. Siemens peut être fier de son bébé : l’impression de qualité est bien présente.

(JPEG)

La connectique est la même que sur tous les autres Siemens sortis depuis le C55 (à l’exception des ST55/ST60). Le lecteur de cartes multimedia se trouve juste au-dessus de ce connecteur et est protégé par un petit couvercle, qui sera difficile à enlever si vos ongles sont très courts. Pour accéder à la carte, il vous faudra appuyer sur celle-ci après avoir commandé l’éjection sur le téléphone (afin de ne pas perdre de données). Siemens conseille de s’armer du couvercle de batterie afin de parvenir à déloger la carte de son lecteur. L’opération vous demandera une certaine dextérité la première fois, mais cela devrait s’arranger avec l’habitude. A se demander si le système proposé par Nokia sur son 6230(i) n’est pas plus pratique, même si il faut enlever la batterie...

(JPEG)

Grand écran oblige, le clavier du S65 est très compact, ce qui pourrait vous ralentir quelque peu si vous êtes un(e) fanatique du SMS. C’est dommage, mais c’est le prix à payer pour profiter d’un si joli design. Le clavier s’illumine d’une lumière jaune du plus bel effet. Le joystick (à la mode chez Siemens pour la série 65...)est bien placé et pratique à l’usage. Assez curieusement, le bouton de réglage du volume ne se trouve plus à gauche mais à droite, et la commande du dictaphone présente sur le S45 et le S55 a disparu. Elle a en fait été intégrée à la commande du volume : vous y accéderez en faisant un appui long vers le haut, tandis qu’un appui long vers le bas vous donnera accès à l’appareil photo.

(JPEG)

La face arrière du S65 est d’une grande sobriété. On remarquera l’inscription "1,3 Mégapixel", qui signale la présence d’un appareil photo de plus grande qualité que ce qui se voyait chez la concurrence lors de la sortie de l’appareil (le 6230 et le K700i se contentaient de modestes VGA). Tout un programme. A savoir qu’il existe un flash amovible IFL-600 chez Siemens qui vous permettra d’augmenter la qualité de vos prises de vue. L’objectif n’est pas protégé, et il vous faudra donc le nettoyer régulièrement, idéalement avec un coton-tige.

Compartiment batterie et carte sim

(JPEG)

Le couvercle donnant accès à la batterie s’ouvre facilement en appliquant une pression du pouce sur la partie supérieure de ce couvercle, et en le faisant coulisser. L’accès à la carte SIM vous demandera une fois de plus des ongles de guitariste.

Utilisation du téléphone

L’animation qui s’affiche à l’allumage du téléphone dépend du thème sélectionné. Après avoir formé le code PIN, vous retrouvez la présentation habituelle de Siemens, avec les jauges réseau et batterie au-dessus et les raccourcis attribués aux deux touches supérieures du clavier en-dessous.

(JPEG) (JPEG)

Comme sur tout Siemens qui se respecte, la possibilité de création de raccourcis est tout bonnement énorme. Pratiquement toutes les touches du clavier peuvent être attribuées au raccourci par appui long de 54 ( !) fonctions différentes (par exemple l’activation du Bluetooth, l’accès à la boîte de réception ou encore à la calculatrice,...). Les seules touches qui ne peuvent pas être attribuées à des raccourcis sont bien-sûr les touches "téléphone rouge" et "téléphone vert", mais aussi la touche "1" et les trois touches inférieures du clavier, respectivement attribuées à l’accès aux derniers numéros composés, au retour à l’écran principal, à l’accès à la boîte vocale, à la coupure de la sonnerie, au "+" et au verrouillage du clavier. En mode "veille", le joystick donne par défaut accès aux fonctions suivantes :
-  impulsion vers la gauche : accès à l’appareil photo
-  impulsion vers la droite : accès à la boîte de réception
-  impulsion vers le haut : accès aux profils (les "modes"...)
-  impulsion vers le bas : accès au répertoire

(JPEG)
La nouvelle touche Wap se trouve sous le joystick.

La touche qui se trouve en-dessous du joystick est apparue avec la série 65 et permet d’accéder au navigateur wap. Elle peut bien-sûr aussi servir de raccourci par appui long.

Qualité de l’écran

L’écran peut afficher 65.000 couleurs sur 176 x 132 pixels. La taille de l’écran est impressionnante, mais le rapport taille/résolution est inférieur à la concurrence. Le S65 a souvent été critiqué pour son écran. Qu’en est-il réellement ? Si il est évident que la qualité de cet écran est inférieure à celui d’un Sony-Ericsson K700i (qui, il faut l’avouer, plaçait la barre très haut) et à ceux de constructeurs tels que Samsung, l’écran n’est pas mauvais pour autant.

Pour l’affichage d’une photo, comparé à un Nokia 6230 (dont la qualité de l’écran n’a jamais été critiquée, si ce n’est pour sa taille réduite à 128 x 128 pixels) :

-  les couleurs sont un peu moins belles que sur le Nokia, plus ternes. On peut néanmoins distinguer toutes les couleurs entre elles sans aucun soucis
-  la résolution est moins bonne, forcément, à cause du rapport taille/résolution de l’écran inférieur sur le Siemens. En d’autres termes, les pixels sont un tout petit peu moins petits sur le S65, comme si l’image était un peu élargie à résolution égale
-  au niveau de la luminosité de l’écran, aucun souci : elle est même réglable sur le S65 (ce qui n’est pas le cas chez Nokia).

(JPEG)

Concrètement, ce léger retard de Siemens sur ses concurrents au niveau de l’écran ne gêne absolument pas pour pouvoir distinguer une photo dans ses détails. C’est juste un peu moins joli. L’écran ne fait pas partie des atouts du S65, comme l’appareil photo ne faisait pas partie des atouts du K700i (erreur réparée largement par Sony-Ericsson avec son remplacent le K750i !). L’écran du S65 est en fait plus comparable à ce qui se trouve dans la gamme inférieure de la concurrence : le S65 ne rougira pas devant un K500i, par exemple.

A noter que si le S65 n’affiche pas aussi joliment les photos que ses concurrents, il n’a évidemment aucun problème quand il s’agit d’afficher les menus et les thèmes, qui sont tout simplement superbes. Une polémique a été lancée sur le net au sujet des icônes du menu principal du S65, que l’on trouvait « pixelisées ». Certains n’hésitaient pas à en conclure que c’était dû à la qualité de l’écran. Il n’en est rien : ces icônes sont naturellement pixelisées et il suffit pour s’en rendre compte de les changer, opération possible sur le S65 comme nous le verrons plus tard.

Menus

(JPEG)

Une pression sur le joystick vous fait entrer dans le menu principal. Comme sur les Siemens de la génération 55, il y a neuf icônes et on est d’entrée placés sur la centrale, ce qui permet d’accéder à toutes les autres icônes en moins de trois impulsions. Le joystick est assez surprenant, car il est possible de naviguer en diagonale dans le menu, pour autant que l’on soit un peu habile du pouce. Sympa ! Accessible sur le menu principal via la touche écran gauche, « Mon Menu » est l’équivalent du menu « Aller à » de chez Nokia. Une manière en plus de rendre la navigation rapide dans le téléphone. Siemens a décidément mis tout de son côté dans ce domaine. A ce sujet, la rapidité d’affichage des menus est tout à fait satisfaisante, excepté quand il s’agit d’afficher une photo en haute résolution, où il faudra une ou deux secondes. Mais je pense que c’est le cas de la plupart des téléphones, c’est tout à fait logique. La touche écran droite donne droit dans le menu principal à trois options :
-  "grandes lettres", qui peut être utile à des personnes dont la vue s’est affaiblie
-  "éclairage", qui permet de régler l’intensité de l’éclairage de l’écran
-  et enfin "éjecter carte", opération indispensable à réaliser avant d’enlever la rs-MMC si vous voulez être sûr de ne pas perdre de données.

Répertoire

(JPEG) (JPEG) (JPEG)

-  "Affich. entrées"
-  "Nouv. entrée"
-  "Carte visite"
-  "Groupes"
-  "Dossier p. déf"

Le carnet d’adresses Siemens était déjà performant, et avec la série 65 il a encore été amélioré. C’est un réel plaisir de l’utiliser sur le S65, pour ne pas dire que c’est une des grandes qualités du téléphone. Pourquoi ? Pour sa facilité et sa logique : les contacts se modifient de la même manière que sur Outlook, c’est à dire sous forme de formulaire où l’on peut modifier les informations, les effacer et même les copier/coller ! Pratique quand on veut par exemple mettre un numéro attribué par erreur à un fixe en tant que portable (Pour cela, il suffit d’un appui long sur l’étoile).

Ce répertoire, on l’apprécie aussi pour sa complétude : pas moins de 25 champs sont renseignables, et il est possible de choisir quels sont les champs qui seront demandés par défaut. Au rayon des bonnes idées, il y a désormais parmi ces champs un qui est dédié au pseudo "internet" du contact... utile pour les utilisateurs de MSN Messenger par exemple ;-)

Lors du défilement de la liste des contacts, on voit désormais directement à quel groupe appartient le contact et quelles sont les informations disponibles à son sujet (représentées sous forme d’icônes). La gestion des groupes d’appels est toujours aussi efficace, chaque groupe pouvant être affiché séparément. Pratique pour accélérer la recherche d’un contact dont on a oublié le nom ! Autre idée bienvenue, la possibilité de filtrer les contacts, comme par exemple seulement ceux qui ont une adresse électronique. Il est aussi toujours possible de sélectionner plusieurs contacts à la fois, ou encore d’envoyer/de recevoir l’ensemble du carnet d’adresse d’un coup par Bluetooth ou par infrarouge. Pratique lorsque l’on change de téléphone ! Voilà tous les petits plus qui font du carnet d’adresses Siemens un outil vraiment efficace pour ceux qui veulent gérer leurs contacts de manière intelligente.

Petit détail bon à préciser pour les novices : dans le jargon Siemens, "Annuaire" signifie répertoire de la carte Sim, tandis que "Répertoire" signifie répertoire du téléphone. C’est entre ces deux répertoires que l’on peut choisir grâce à la commande "Dossier p. déf".

Siemens était parmi les premiers, avec le S55, à proposer la fonction "image d’appel" (la photographie de votre contact qui s’affiche lorsque celui-ci vous appelle...). Celle-ci est évidemment toujours présente sur le S65, et pratiquement en plein écran. C’est plaisant, mais il est dommage que le constructeur allemand ne s’inspire pas encore de Nokia pour afficher des miniatures de ces photos directement dans la liste de contacts et de Sony-Ericsson pour utiliser ces photos aussi pour les SMS. Peut-être sur le S75 ?

Journaux

(JPEG)

Autre grand classique : on retrouve ici la liste des appels manqués, reçus et émis, ainsi que des statistiques concernant la durée des appels. Dans "Durée/coûts" puis "Réglage coûts", "Affichage auto" vous permet d’afficher la durée de la communication durant celle-ci. Pratique pour éviter d’exploser votre forfait... ;-)

Surf & Loisirs

(JPEG) (JPEG) (JPEG)

-  Jeux : vous trouverez ici trois jeux installés d’origine, à savoir "SeaBattle" (un jeu de combat naval), "Siemens 3D Rally" et "Worms". Des jeux sympas, mais parfois un peu lents. Au lieu de vouloir faire de la 3D, les constructeurs de téléphones feraient peut-être bien de revenir à des jeux rapides et efficaces tels que Snake ou Tetris (Que de souvenirs sur le Stack Attack de mon S45 ! :-) ). Quand on attend le train, on a pas forcément envie d’attendre en plus le chargement du jeu du téléphone, aussi développé soit-il...

-  Applications : Siemens a fait très fort dans ce domaine. Pas moins de cinq applications sont installées : Cocktail Manager (qui vous donnera des recettes de cocktail !), Download Assistant (comme son nom l’indique, via le Wap...), Emergency Phonebook (une excellente idée : les numéros d’urgence de la plupart des pays...), Photo Editor (comme son nom l’indique, il permet de mettre des cadres sur les photos ou des clip-arts, de les retoucher,... Sympa mais très lent). Et enfin Survival Dictionary, très impressionnant et utile car il donne les éléments de base de conversation courante de six langues internationales. Beaucoup plus convaincantes que les jeux, ces applications peuvent avoir une utilité réelle dans la vie courante, particulièrement Emergency Phonebook et Survival Dictionary. Bien vu !

-  Assist. téléch. (raccourci vers l’application citée ci-dessus)

-  Signets : il s’agit de votre liste de favoris Wap

-  Internet : le navigateur Wap. Développé par OpenWave, il étonne par son ergonomie et ses possibilités. Naviguer sur le Wap n’a jamais été aussi agréable, d’autant plus que l’écran du S65 est parfait pour afficher les pages de l’internet mobile.

Appareil photo

Premier téléphone de sa catégorie à proposer un appareil photo plus ou moins valable avec 1,3 mégapixels, le S65 est attendu au tournant dans ce domaine. Alors évidemment, on est loin des superbes prises de vue du récent K750i de Sony-Ericsson. Le prix n’est pas le même non plus. Mais la différence est remarquable quand on est habitué à un simple VGA, ce que proposent encore la plupart des téléphones du marché.

Les réglages suivants sont possibles lors de la prise de photos avec le S65 :
-  zoom numérique 5x
-  sept niveaux de luminosité
-  cinq niveaux de résolution ("Optimal" pour 1280x960, "Élevé" pour 640x480, "Moyen" pour 320x240, "Faible" pour 160x120 et enfin "Papier peint" pour des photos en 180x240 s’adaptant à la taille de l’écran).
-  mode couleur ("normal", "échelle de gris" ou "sépia")
-  possibilité d’activer un retardateur de quinze secondes
-  balance des blancs ("automatique", "intérieur" ou "extérieur")

Voici quelques exemples de photos réalisées avec le S65 :
-  mode "Optimal"

JPEG - 175.2 ko

JPEG - 126.3 ko

JPEG - 151.1 ko

-  mode "Élevé" et "échelle de gris"

JPEG - 57.2 ko

En ce qui concerne les vidéos, deux tailles de résolution sont possibles, la deuxième donnant un niveau de qualité plutôt satisfaisant pour un téléphone portable. Il est en outre possible de désactiver le micro pendant la prise d’une vidéo.

Messages

(JPEG) (JPEG)

L’interface de messagerie a été légèrement améliorée. Toujours pas de smileys sous forme d’images -comme chez Sony-Ericsson et sur les récents Nokia- mais la possibilité comme sur les anciens Siemens de couper, de copier et de coller des morceaux de textes d’un endroit à l’autre de l’appareil, ce qui est toujours très pratique.

La manière dont les MMS se créent a été revue, et il est désormais très facile et agréable d’en composer. Il y a toujours évidemment un client de courriel, option apparue sur le S45i.

Organiseur

-  Calendrier : donne accès à l’agenda, bien pratique puisque un aperçu des rendez-vous enregistrés s’affiche désormais en-dessous du calendrier lorsque l’on passe sur les jours, ce qui permet de connaître les intitulés et les heures des rendez-vous sans devoir ouvrir le jour en question.

(JPEG) (JPEG)

(JPEG) (JPEG)

L’affichage peut toujours se faire par mois ou par semaine, et même par jour, heure par heure. Ici aussi il est possible d’importer un calendrier en entier d’un autre appareil, par exemple votre ancien téléphone (pour autant que cela soit un Sony-Ericsson ou un Siemens, certains constructeurs tels que Nokia n’acceptent toujours pas cette possibilité).

Les notes agenda peuvent être de différents types : "mémo", "appel", "réunion", "mémo vocal", "anniversaire" et "vacances" ; la dernière -une nouveauté- permettant de mettre dans une couleur spéciale vos dates de vacances sur le calendrier. Un regret toutefois : le champ "emplacement" d’un rendez-vous ne s’affiche pas directement quand on affiche celui-ci, il faut simuler une modification de l’entrée pour le voir. Curieux... Ici encore, les possibilités de personnalisation sont grandes, avec un choix des champs à demander par défaut pour la création d’une nouvelle note rendez-vous.

(JPEG)

-  Rendez-vous : la liste des rendez-vous déjà enregistrés sur le calendrier. Comme dans le répertoire, il est possible d’appliquer des filtres (par type de rendez-vous). Ce type d’affichage est bien pratique notamment quand il s’agit de nettoyer les rendez-vous expirés qui encombrent la mémoire du téléphone inutilement.

-  Tâches : le principe est le même que pour les rendez-vous, excepté dans la manière de les gérer : ils ne sont pas classés par date d’échéance mais par priorité, et il vous est possible de les désactiver quand la tâche a été effectuée.

-  Notes : comme leur nom l’indique, il s’agit de notes, qui peuvent être protégées par un mot de passe ou envoyées (par SMS, par MMS, par courriel, par Bluetooth ou encore par infrarouge). Dommage à ce niveau que les notes des différents constructeurs ne soient pas encore compatibles entre elles. Le S65 lit bien les notes du 6230, mais refuse de les reconnaître comme telles, celles-ci étant pourtant dans le format standard ".txt"...

-  Alarmes manquées : comme son nom l’indique...

-  Mémo vocal : la durée d’enregistrement du dictaphone n’est pas limitée, elle dépend de la mémoire disponible sur le téléphone. Il est possible d’interrompre l’enregistrement pour le reprendre par après. Le dictaphone ne plante plus comme c’était le cas sur le S55 et le SL55, mais la qualité des enregistrements est décevante par rapport à ce que propose le 6230, par exemple. Peut-être est-ce dû à l’absence de haut-parleur séparé sur le S65.

(JPEG)

-  Fuseaux horaires vous permet, en bon homme (ou femme) d’affaires, de voir en un clin d’œil l’heure qu’il est dans les différentes régions du globe.

-  Réglages calendrier (début de la semaine, durée du week-end etc.)

Extras

(JPEG)

-  Réveil. On retrouve ici le même réveil que sur le S55, réglable par jour. A noter qu’il n’affiche malheureusement plus l’heure qu’il est comme c’était le cas sur le CF62. Oubli ?

-  Enregist. audio : il s’agit d’une autre entrée vers le mémo vocal.

-  Conv. unités : désormais intégré aux menus de l’appareil (et plus seulement présenté comme une application externe), le convertisseur d’unités est ultra-complet sur le S65. Il vous sera ainsi possible de convertir des vitesses, des poids, des surfaces, des volumes, des puissances, des heures, des pressions, des longueurs, des températures, des devises et de l’énergie ; chaque fois dans un large choix d’unités. Très utile et pratique.

(JPEG) (JPEG)

-  Chronomètre. Nouveauté pratique : une fois le chronomètre enclenché, il s’affiche désormais sur le fond d’écran du téléphone, au-dessus de la date. Il en est de même pour le compte à rebours, et c’est tant mieux car avant ce n’était pas affiché directement. Par contre, il n’est toujours pas possible comme chez Nokia de stopper les temps pour en faire une somme ("temps de passages" chez le constructeur finlandais) ou pour les lister sans réinitialiser le chronomètre.

-  Compte à rebours

-  Synchro dist. : cette fonction, qui n’a pas été testée dans le cadre de ce test, permet de synchroniser les contacts et l’agenda avec un ordinateur distant.

-  Gestion appar. : Siemens proposant depuis plusieurs générations des mises à jour en ligne (voir notre tutorial), il a décidé d’aller plus loin encore avec le S65, permettant la mise à jour directement via GPRS ! Sympa sur le papier, mais toutes nos tentatives ont échoué, "le serveur ne répondant pas"... Peut-être que ce service se développera à l’avenir...

(JPEG)

-  Explorateur. Proposé uniquement sur les haut de gamme de la marque, l’explorateur de fichiers est pourtant très utile si vous voulez maîtriser la mémoire de votre téléphone. Cette fonction indisponible chez les autres constructeurs vous permet d’accéder à la mémoire telle qu’elle est réellement. Il est ainsi possible de déplacer librement des fichiers, d’en modifier l’extension, de les copier d’une mémoire à l’autre (Cela paraît tout bête, mais sur un Nokia 6230 par exemple il est impossible de copier un fichier d’un endroit à un autre de la mémoire : impossible ainsi de déposer un fichier sur la MMC sans l’effacer de la mémoire du téléphone. Agaçant.) ou encore d’en sélectionner plusieurs à la fois. L’explorateur donne aussi accès à certains dossiers tels que ceux contenant les applications java, ou encore les SMS archivés. Il est ainsi très facile de traiter un SMS, puisqu’il est considéré comme un fichier (".smi" en l’occurrence). On peut par exemple envoyer les SMS archivés par infrarouge ou Bluetooth à un autre Siemens. Voilà le genre de petit plus qui fait qu’un Siemens est un Siemens... ;-)

Mes fichiers

(JPEG)

Il s’agit d’une version "vulgarisée" de l’explorateur de fichiers, affichant les dossiers en français et cachant les dossiers qui pourraient être jugés superflus ou trop complexes par certains utilisateurs. Comme dans l’explorateur, on a accès à la carte mémoire. Le téléphone dispose d’un peu plus de 10 Mo, ce qui fait plus de 40 Mo avec la rs-MMC.

Réglages

-  Profils : l’équivalent des "modes" de Nokia. Le niveau d’éclairage écran est aussi paramétrable, ce qui permet de créer un profil "éco" pour quand la batterie est presque vide.

(JPEG) (JPEG)

-  Thèmes. Le S65 inclut la possibilité d’être personnalisé par des thèmes. Vous en trouverez facilement sur Internet (cinq sont pré-installés sur le téléphone), et ceux-ci vous permettront de "retapisser" l’ensemble de vos menus et d’agrémenter le téléphone de sonneries assorties. A noter qu’Internet Explorer renomme les ".sdt" en ".zip". Assurez-vous donc que le thème possède bien l’extension ".sdt" (pour Siemens Data Theme) avant de le placer sur la mémoire du téléphone, ou bien passez à Firefox. :-p Moyennant quelques bidouillages, il est aussi possible de changer les icônes du menu principal. Des centaines de packs d’icônes existent sur le net.

-  Écran : réglage des paramètres d’affichage. Nouveauté par rapport au S55 : la possibilité d’afficher deux types d’horloges en veille, une classique à aiguilles et l’autre à affichage numérique (en plus de la possibilité d’afficher une image ou bien un écran noir). Il est en outre possible de faire demander un mot de passe de sécurité à la sortie de cet écran de veille, et de paramétrer le temps qu’il lui faut avant de se mettre en route, exactement comme sur Windows.

(JPEG) (JPEG)

-  Sonneries. Rien de particulier si ce n’est qu’on a maintenant le choix entre différents types de vibreur ("standard", "hélicoptère", "OVNI", "choc", "moustique" et "train"). Une fois de plus -et comme sur tous les Siemens-, la possibilité de personnalisation est très étendue, avec notamment le choix de la sonnerie pour les messages, les notes agenda, la mélodie de démarrage etc.

-  Réglage appel

-  Réglage tél. : comprend divers réglages, dont la possibilité de faire s’éteindre le téléphone chaque jour à une heure déterminée (arrêt automatique). Pratique aussi, l’accès direct aux données du téléphone (numéro de la version logicielle, date de fabrication etc.) et à la "séquence test", vous permettant de vérifier que toutes les fonctions du téléphone fonctionnent correctement. Idéal si vous achetez un appareil de seconde main. "Mémoire" est une nouveauté qui vous permet d’explorer les fichiers du téléphone en affichant le poids de chaque fichier et de chaque dossier. Intéressant en cas de problème de place... Dans "explorateur", vous pouvez procéder à un nettoyage de la mémoire (suppression de tous les fichiers temporaires) ou même à un formatage des fichiers du téléphone (utile pour gagner du temps si vous voulez le revendre).

-  Horloge

-  Mod./Données : activation du GPRS, de l’infrarouge, du Bluetooth et accès aux paramètres de connexion. Bon point : les paramètres MMS et de connexion GPRS sont pré-enregistrés pour l’ensemble des opérateurs français (le S65 de ce test est français, je ne sais pas ce qu’il en est des S65 belges). Autre bonne nouvelle, les SMS de configuration envoyés par les opérateurs pour les services multimedia fonctionnent désormais aussi sur les Siemens, ce qui n’était pas le cas avant. :-)

-  Sécurité : reprend les différents paramètres de sécurité, dont "appel direct", qui permet de verrouiller le téléphone en autorisant que les appels vers un seul numéro. Fonction qui peut être utile en entreprise, par exemple.

-  Réseau. Il est toujours possible via une petite manipulation rapide de renommer le réseau sur certaines cartes sim. Mais où donc s’arrêtera la possibilité de personnalisation des Siemens ? ;-)

-  Accessoires : paramètre du kit véhicule et du kit piéton.

Connectivité

(JPEG)

Tout est présent sur ce S65 en terme de connectivité : le Bluetooth, l’infrarouge et le lecteur de cartes rs-MMC. Tout ou presque, puisque le téléphone n’est pas reconnu en tant que périphérique de stockage de masse par Windows sans que l’on installe les pilotes USB. Pas de quoi se plaindre, puisque cette technologie est toute récente (elle est arrivée avec le 6230i, si mes souvenirs sont exacts, alors que le S65 est plutôt contemporain du 6230). Ceci dit, aucun problème n’est à signaler, ni avec l’infrarouge (qui n’est évidemment pas bridé), ni avec le Bluetooth. Le câble USB Siemens DCA-510, vendu en accessoires, vous permettra de connecter votre S65 au PC. Son principal intérêt par rapport au Bluetooth est de permettre les mises à jour en ligne. Le logiciel Mobile Phone Manager proposé par Siemens pour la communication avec le PC est franchement dépassé par rapport à ceux de la concurrence (par exemple Nokia PC Suite), et il serait temps que Siemens pense à le renouveler.

Qualité d’écoute & sensibilité réseau

Rien à redire dans ce domaine, comme toujours chez Siemens. La sensibilité réseau est excellente, et la qualité d’écoute plus que convenable. C’est le principal sur un téléphone, tout de même !

Autonomie

L’autonomie correspond à ce à quoi on peut s’attendre sur ce type de téléphone avec un grand écran largement éclairé, c’est à dire un à deux jours en l’éteignant la nuit. Pas de miracle donc, la batterie intégrée étant la même que sur tous les Siemens. Il est cependant possible d’améliorer ces performances en réduisant la luminosité de l’écran.

Prix

Resté longtemps cher (haut de gamme oblige), le S65 s’affiche désormais à des prix plus démocratiques. Il est ainsi proposé à 199,90 € sur notre boutique.

Conclusion

(JPEG)

Plein de ressources, ce S65 ! Rarement un téléphone a proposé autant de petits plus (applications utiles, personnalisation,...) qui le rendent vraiment pratique au quotidien. La navigation dans les menus est rapide et agréable grâce aux jolies couleurs proposées par les thèmes téléchargeables sur le net. L’agenda et le carnet d’adresses sont des merveilles de simplicité et de complétude, idéaux pour une utilisation intensive. Le S65 n’oublie cependant pas sa fonction de base, c’est à dire téléphoner, et propose un son de bonne qualité en communication ainsi qu’une bonne accroche réseau. Son appareil photo 1,3 MP, qui peut être allié à des cartes mémoires de grande capacité et à un flash, si il ne prétend pas remplacer un appareil photo comme le ferait le K750i, pourra au moins vous dépanner efficacement. Enfin, c’est un vrai plaisir de posséder cet élégant appareil à la présentation vraiment classe. Seuls regrets, l’absence d’un lecteur MP3 et de la radio, qui sont pourtant devenus des "musts" de la catégorie.

Les plus


-  Garantie internationale de deux ans
-  Design élégant et original
-  Qualité de fabrication
-  Lecteur de cartes RS-MMC et carte Sandisk 32 Mo incluse
-  Appareil photo intégré de qualité valable (1,3 MP)
-  Sensibilité réseau sans reproche
-  Qualité du son en appel
-  Possibilité d’effectuer la mise à jour logicielle par Internet (voir notre tutorial)
-  Niveau de personnalisation élevé (thèmes, icônes des menus)
-  Beauté et rapidité des menus
-  Possibilité d’affecter des raccourcis à toutes les touches du clavier
-  Gestion des contacts et de l’agenda très performante
-  Connectivité complète (infrarouge, Bluetooth, MMC)
-  Efficacité de la nouvelle version du navigateur Wap intégré (Open Wave)
-  Applications java nombreuses et utiles
-  Interface de l’appareil photo simple et complète
-  Qualité des vidéos satisfaisante
-  Gestion complète des fichiers du téléphone (explorateur)

Les moins


-  Encombrement (longueur de 10,9 cm)
-  Absence de lecteur MP3
-  Absence de radio FM
-  Mesquinerie du package d’origine (pas d’oreillette, pas de câble USB,...)
-  Clavier petit (attention aux gros doigts !)
-  Qualité de l’écran perfectible
-  Autonomie limitée
(JPEG)

Liens utiles
-  La fiche du S65 sur la boutique
-  La discussion ouverte sur le forum
-  Le site du constructeur

Comparez et activez vos abonnements avec Astel

Logo Astel

Nous comparons les packs Internet, TV, téléphone et GSM qui collent à vos besoins, et nous occupons de votre changement d'opérateur.

Vous recevez le cashback Astel en plus de la promotion de l'opérateur.

Astel pour les particuliers :

Astel pour les indépendants :