0
Vous n'avez pas encore choisi votre nouvel opérateur

TOTAL :
Cashback total -0 €
Commander
Trouvez votre nouvel opérateur

Sony Ericsson M600i Test Review

2/08/2006 - Jérôme Goddeeris - Edit 18/08/2006 - vu 10621 fois

Nouveau GSM dans la gamme du constructeur nippo-suédois, le M600i a la lourde tâche d'épauler le P990i en tant que remplaçant du célèbre du P910i. Mais que vaut réellement ce nouveau smartphone ?

Annoncé en février 2006, le M600i vient compléter la gamme UIQ du constructeur nippo suédois. Ce modèle repose sur le système d’exploitation Symbian 9.1 en version UIQ 3.0, tout comme le P990i.

Les différences principales sont : sa taille plus fine, l’absence de Wi-Fi et d’appareil photo. Malgré sa taille mannequin, le M600i intègre un clavier AZERTY (ou autre selon le pays d’origine) complet via un système de touches à bascule, et vient donc se placer en concurrent direct du Nokia E61 (disposant du Wi-Fi).

Petit rappel des caractéristiques :

-  UMTS / GSM 900 / GSM 1800 / GSM 1900
-  Dimensions 107 x 57 x 15 mm
-  Poids 112 g
-  Ecran TFT tactile, 256K colors 240 x 320 pixels, 2.6 inch
-  Clavier QWERTY (ou AZERTY)
-  reconnaissance de l’écriture
-  Sonneries Polyphoniques (40 tons), MP3, AAC
-  Photo call
-  Memory Stick Duo Pro, une carte de 64Mo incluse dans le pack
-  80 Mo de mémoire partagée
-  GPRS Classe 10 (4+1/3+2 slots), 32 - 48 kbps
-  HSCSD
-  3G
-  Bluetooth
-  Port irDa ( Infra-Rouge)
-  Port USB
-  Symbian OS v9.1, UIQ 3.0
-  SMS, EMS, MMS, Email, Messagerie Instantanée
-  navigateur HTML (Opera 8)
-  Jeux
-  Coloris Noir Granite, Blanc Crystal
-  Java MIDP 2.0
-  Lecteur Video
-  lecteur MP3, AAC
-  T9
-  Sync ML
-  Applications Bureautique
-  Album Photo
-  Mémo Vocal
-  Batterie Li-Po 900 mAh (BST-33)
-  Autnonomie en Veille 340 h
-  Autonomie en Conversation 7 h

Découverte de la boîte :

La boîte est de la couleur de votre M600i (blanche ou noire donc) avec de légères touches de turquoise. A l’ouverture, le M600i est bien mis en avant.

La boîte contient :

  • Le M600i
  • Une batterie 900Mah
  • Un kit oreillettes stéréo
  • Un câble USB 2.0
  • Une carte Micro MS 64Mo
  • Un stylet

Pas de station de synchronisation ou de housse donc.

Analyse externe de la bête :

Une chose est sûre : le M600i est loin d’être imposant ! En effet, il est à peine plus grand qu’un K750i, ce qui est une première pour un smartphone UIQ me semble-t-il. De face, le M600i ressemble fort à un Blackberry : un grand écran et un clavier complet.

Le clavier peut sembler fort petit, mais les touches sont déjà bien plus grandes que sur le clavier Azerty du P910i. Sur le coté droit du M600i se trouvent le Jogdial 3D et la touche Retour. Sony Ericsson a cru bon de remplacer le génialissime jogdial du P910 (5 directions pour rappel) par un 3D + retour. A voir si ce choix s’avère judicieux à l’usage...

Le dos de l’appareil est assez sobre, avec uniquement le logo et le nom de la marque en plus d’une fente laissant apercevoir le haut parleur de couleur turquoise. Du coté gauche, nous retrouvons le port pour carte Memory Stick Micro M2 et la touche raccourci (paramètrable dans le panneau de configuration).

La connectique du M600i est identique à celle du K750i et de ses successeurs. Pour terminer, le port infrarouge et le bouton d’allumage se trouvent sur le haut de l’appareil.

Et du coté de l’OS ?

Une des grosses nouveautés de cette nouvelle gamme professionnelle de Sony Ericsson (P990i et M600) est le nouvel OS. Ces deux modèles sont en effet les premiers à utiliser la dernière version de Symbian (9.1) associée à l’interface UIQ 3.0. Cette version n’ayant été annoncée officiellement que début 2006, il a fallu de nombreux mois aux ingénieurs et développeurs pour stabiliser et finaliser l’OS de ces deux modèles.

Apparemment le M600i a eu plus de chance que le P990i car il est déjà en vente (voir sa fiche sur la boutique d’astel, alors que la date de sortie de son grand frère est sans cesses repoussée depuis un an maintenant (sortie prévue mi aout aux dernières nouvelles).

Les utilisateurs de P800/P900/P910i ne seront selon nous pas dépaysés. A première vue, le système fonctionne globalement de la même manière mais adopte une interface au look bien plus moderne et plus facile à manipuler.

L’écran d’accueil comporte :
-  Une double flèche servant de raccourci
-  Le niveau de réception réseau
-  L’icône de batterie
-  Un raccourci vers task manager
-  Un menu Today (que l’on peut afficher ou non)
-  L’heure et la date
-  5 raccourcis
-  3 « boutons virtuels »

Les icônes sont plus grandes et les 3 boutons virtuels sont juste à hauteur du pouce, ce qui les rend très pratiques à l’usage. Ceci rend l’utilisation du stylet moins obligatoire.

On accède au menu principal en cliquant sur l’icône à l’extrême droite de l’écran d’accueil. Le menu peut être organisé sous formes d’icônes ou de liste, selon votre préférence.

La rapidité des menus n’est pas excellente lorsqu’on lance une application pour la première fois après un démarrage, mais celà va beaucoup plus vite une fois que tout est dans la RAM (voir la vidéo).

Le fonctionnement général de l’OS est fort ressemblant à l’ancienne version d’UIQ. Comme nouveautés principales sur l’écran d’accueil nous avons :

-  L’accès direct au gestionnaire de taches via l’icône en haut à droite
-  Un petit menu déroulant permettant de créer une nouvelle note ou un nouveau sms (entre autres), de passer en mode silence, ...
-  Un menu “aujourd”hui”, comme sur la plupart des PDA. Vous pouvez choisir d’afficher ce menu en détail ou juste la première ligne.
-  5 icônes de raccourcis vers des applications. Vous pouvez changer ces raccourcis si vous le désirez.

Voici comment sont composé les menus, sans trop rentrer dans les détails :

1) Multimédia :

Vous y trouverez le navigateur wap + web. C’est ici aussi que vous trouverez “galerie d’image”, qui vous permet de visualiser les images et photos se trouvant dans la mémoire interne de votre M600i ou sur la carte M2. Un lecteur RSS se trouve aussi dans cette partie du menu. Cette application commence à devenir un standard pour la marque apparemment car celle-ci l’intègre dans la plupart de ses nouveaux modèles.

Lors de la visualisation d’images ou de photos, l’écran rempli bien son rôle ... sauf en plein soleil. Dans cette dernière situation il vous faudra trouver un coin d’ombre pour voir ce qu’affiche votre écran.

2) Lecteur média :

Cette partie-ci a été fortement revue depuis le P910i. En effet la partie audio est quasiment identique à celle de la gamme Walkman de la marque (dommage que les écouteurs ne soient pas repris de cette gamme là d’ailleurs ). Du coté de la vidéo aussi l’interface a été quelque peu revue.

Le coté multimédia a donc été bien amélioré sur cette nouvelle mouture de Symbian/UIQ, même si le P910i n’était déjà pas à la traine de ce coté là.

3) Loisirs :

2 jeux sont installés d’origine sur le M600i, ainsi que Music DJ (présent, je pense, sur tous les mobiles de la marque) et la vidéo de démo du M600i.

Les deux jeux en question sont :

  • Quadrapop : déjà présent dans le W800i par exemple, ce jeu est une sorte de Tetris à la sauce Sony Ericsson.
  • Un jeu de golf aux graphismes assez bien réussis. La jouabilité n’est pas des plus aisées mais nous n’avons pas vraiment essayé de nous y habituer non plus.

Music DJ fonctionne toujours sur le même principe que précédemment.

4) Téléphone :

Vous y trouverez le journal d’appel, ainsi que l’application permettant de définir un numéro a vos contacts sur une petite grille afin de les appeler plus rapidement et facilement.

5) Messagerie :

Application classique de tous les mobiles, et sûrement celle qui sera la plus utilisée par les possesseurs (professionnels) du M600i. Celle-ci est compatible SMS, EMS, MMS, et e-mail (avec la fonctionnalité push e-mail). Comme la plupart des appareils de ce genre, un sms complet s’affiche sans aucun problème sur son grand écran, ce qui rend son utilisation très agréable... Sauf en plein soleil...

La saisie de texte via le clavier complet ne pose aucun problème. Le système de touches à bascule est certes un peu difficile à apprivoiser au début, mais on s’y fait après quelques jours. Le clavier du P910 était par exemple, selon nous, bien moins facile à utiliser.

Si vous préférez “jouer du stylet”, il vous reste toujours le clavier virtuel ou la reconnaissance de caractères.

Petite amélioration par rapport aux anciens modèles : il ne faut plus spécifier à chaque envoi de message que l’on désire un accusé. En effet, une seule case à cocher dans les paramètres et ce problème est réglé, merci Sony Ericsson !

6) Agenda :

Contient uniquement le calendrier du M600i.

7) Bureautique :

Cette partie sera, avec la messagerie, le terrain de "jeu" des professionnels ou des personnes ayant besoin d’avoir leurs documents informatisés toujours avec eux. Le M600i inclu une suite Office pour UIQ, ainsi qu’un lecteur de fichiers PDF. Ce dernier n’a pas bronché lors de l’ouverture d’un fichier de plusieurs Mo. La visualisation en plein écran est aussi possible. Vous pouvez aussi saisir des notes en mode texte ou en mode bloc note, comme celà était déjà possible sur le P910i.

La gestion de tâches est bien évidemment toujours de la partie.

8) Répertoire :

Comme sur les anciens modèles UIQ de la marque, le répertoire du M600i est un modèle du genre. Le nombre de champs est à mon avis vraiment suffisant, et vous pouvez en ajouter sans problèmes. Vous pouvez aussi assigner une photo et une sonnerie personnelle à un contact, ainsi qu’une note bien-sûr.

9) Outils :

Vous trouverez ici le panneau de configuration ainsi que la plupart des “extras” du M600i. Le panneau de configuration fonctionne plus ou moins de la même manière que sur les anciens modèle. Les possesseurs de P800 ou P9*0 ne seront donc pas perdus.

Comme sur les anciens modèles, tout ou presque est personnalisable. En passant par les thèmes, les fonds d’écran, les économiseurs d’écran, les sonneries, ... vous pourrez rendre votre M600i unique, ou au moins à votre goût. Attention, les thèmes UIQ 2.1 ne sont logiquement et malheureusement pas compatible avec le nouvel UIQ 3.0.

Petite déception : nous n’avons pas trouvé comment afficher une horloge de veille lorsque le M600i reste longtemps inactif. En effet, alors qu’une horloge s’affichait sur le P910i, l’écran du M600i restera désespérément éteint.

Du coté des connexions, vous pourrez paramètrer le Bluetooth à votre guise, choisir le mode GSM, 3G ou automatique, activer ou non l’infra-rouges, ... Dommage que le Wi-Fi soit aux abonnés absents par contre, mais celà a sans doute été décidé afin de ne pas cannibaliser les ventes du P990i. Et c’est encore plus dommage car son concurrent direct (le Nokia E61) en dispose, même si ce dernier est plus imposant.

Autre petite déception, mais qui est valable pour toute la gamme de Sony Ericsson il me semble : la vitesse du Bluetooth. Lors de transfert de fichiers avec un PC/MAC, le débit plafonne à 45-50k, alors que Nokia dépasse allègrement les 100k/sec (120 pour le 7370). Ce n’est pas vraiment grave mais nous aurions espéré un peu plus de rapidité. A noter que les derniers modèles (K800i notamment) atteignent tout de même les 70Ko/sec.

Le M600i est aussi livré avec un gestionnaire de fichiers assez efficace, qui vous permettra de gérer la mémoire disponible dans votre M600i/carte mémoire. Restent dans ce dossier les extras comme le minuteur, la calculette, ...

Concernant la partie téléphonie :

Le volume d’appel est vraiment bon en conversation. Le volume n’est peut-être pas aussi élevé que sur un P910, mais nous n’avons eu aucun problème pour entendre nos correspondants. De plus, comme d’habitude chez la marque, la qualité de son est simplement excellente.

La réception réseau est elle aussi excellente, au niveau des meilleurs mobiles que nous ayons pu tester selon nous, du moins en mode GPRS.

Concernant l’autonomie, nous nous attendions à un peu mieux. En utilisant assez peu le M600i, avec le bluetooth allumé en permanence et les nuits passées en mode avion, le M600i a tenu entre 3 et 4 jours avec une charge.

Conclusion :

Malgré une sortie apparemment un peu précipitée (les premiers M600i nécessitaient une mise à jour dès la sortie de la boîte), le M600i ne décoit pas. Sony Ericsson a su sortir des mises à jour assez rapidement (On en est déjà à la R4A) afin de corriger les plus gros bugs.

A part celà, je pense que le M600i satisfera les personnes désirant goûter au fonctions push mail sans pour autant sacrifier le coté multimédia (lecteur audio et vidéo) ni investir dans un P990i qui frôlera les 700 € (678 € sur la boutique d’astel. Le M600i est aussi un excellent choix pour les professionnels ne pouvant pas avoir de téléphone portable avec appareil photo intégré, mais voulant tout de même une machine très complète et fonctionnelle. Peut-être même que certaines personnes voulant un petit smartphone complet avec écran tactile, et n’ayant que faire d’un appareil photo embarqué se laisseront séduire par ce petit M600i. Quatrième public cible : les anciens propriétaires de P910i pouvant se passer d’un appareil photo.

Dommage que le wi-fi ne soit pas intégré par contre, car lui n’est pas (encore ?) interdit dans les entreprises et est clairement le futur de ce type de téléphones quand on voit le nombre de terminaux qui en disposent.

Sony Ericsson nous délivre donc un excellent nouveau modèle qui se fera sans aucun doute une place dans la catégorie des petits smartphones communiquants.

Ce que nous avons aimé :


-  La taille
-  La qualité d’écoute et de réception
-  Le coté multimédia qui n’a pas été laissé pour compte
-  Le clavier bien pensé
-  La nouvelle interface au look résolument plus moderne
-  La réactivité de Sony Ericsson face aux bugs (4 mises à jours en un bon mois)
-  Pas de bugs constatés personnellement (version R3A)

Ce que nous avons moins aimé :


-  Ecran illisible en plein soleil
-  Pas d’horloge en mode veille

Ce que nous aurions aimé :


-  La radio FM
-  Le wi-fi

Liens utiles :


-  Lien vers la vidéo du M600i
-  Son album photo dans la galerie
-  Sa fiche sur la boutique
-  Son topic sur le forum

Comparez et activez vos abonnements avec Astel

Logo Astel

Nous comparons les packs Internet, TV, téléphone et GSM qui collent à vos besoins, et nous occupons de votre changement d'opérateur.

Vous recevez le cashback Astel en plus de la promotion de l'opérateur.

Astel pour les particuliers :

Astel pour les indépendants :